Évaluation du risque chimique

Qu’est ce que SEIRICH ?

Un outil pour vous aider à évaluer et à prévenir les risques chimiques dans votre entreprise.

SEIRICH est une application informatique, mise à disposition et  développée par l’INRS en partenariat avec la Direction générale du travail, la Direction des risques professionnels (CNAMTS, CARSAT et CRAMIF) et des organisations professionnelles.

SEIRICH a été conçu pour être employé aussi bien par des experts que par des utilisateurs ne disposant pas de connaissances particulières dans le domaine des risques chimiques. Avant de télécharger SEIRICH nous vous recommandons vivement de tester vos connaissances afin de déterminer le niveau qui vous est le mieux adapté. SEIRICH comporte de nombreuses fonctionnalités qui vous permettront de gérer et tracer les produits chimiques dans votre entreprise. SEIRICH vous fournira également des informations et conseils utiles pour la prévention dans votre entreprise.

Blue barrels and buckets of chemical substance

L’évaluation des risques chimiques est une tâche méticuleuse qui nécessite du temps et de la rigueur : SEIRICH vous apportera cette aide. Cette évaluation sera réalisée à partir des informations que vous aurez saisies et n’engage donc que votre responsabilité. L’évaluation des risques professionnels concerne également les risques d’autres natures que le risque chimique qui doivent être également pris en compte dans votre entreprise. Avant d’engager une démarche d’évaluation des risques chimiques, il vous sera nécessaire de rassembler tous les documents relatifs aux produits utilisés : FDS, notices d’utilisation…

Prendre en compte les risques pour la santé, la sécurité et l’environnement

Colles, résinesfluides d’usinagesolvantsdégraissantsproduits de coloration, peintures en phase aqueuse ou solvantéeproduits de nettoyagephytosanitaires... Les produits chimiques sont présents dans tous les secteurs d’activité. Ils sont utilisés de façon délibérée lors de nombreuses opérations : traitement de surface, dégraissage, usinage, collage, impression… En plus de ces produits chimiques commercialisés en tant que substances pures et en tant que mélanges, certains procédés émettent des produits chimiques sous formes de poussières (meulage, usinage, poussières de bois…), de fumées (soudage, travail à chaud des matières plastiques…), de vapeurs, de gaz ou de brouillards.

Principaux dangers

Les produits chimiques qui entrent en contact avec le corps humain (exposition par les voies respiratoires, la peau ou la bouche) peuvent provoquer :

  • des intoxications ou effets aigus comme l’oedème pulmonaire, l’asphyxie, l’empoisonnement, des brûlures…
  • des intoxications chroniques, même à de faibles doses, le contact répété peut porter atteinte aux poumons, aux nerfs, au cerveau, aux reins… et dans certains cas être à l’origine de cancers (sinus, vessie, leucémie…)

Les produits chimiques utilisés dans l’entreprise peuvent déclencher incendies et explosions et peuvent avoir des répercussions au-delà de l’entreprise sur l’environnement, en cas notamment de dysfonctionnements (renversements ou déversements accidentels, ruptures de confinement, fuites…).

La réglementation prévoit des dispositions spécifiques pour les produits chimiques dangereux et les produits cancérogènes entre autres. Plus un produit chimique est dangereux, plus les règles de prévention à respecter pour protéger les salariés sont strictes.

La prévention des risques chimiques dans votre entreprise repose notamment sur une identification des produits dangereux, quelle que soit son activité, et sur une évaluation des risques, exhaustive et rigoureuse.

Une fois l’inventaire de vos produits chimiques effectué, SEIRICH vous donnera la liste des produits à traiter en priorité compte tenu des risques chimiques présents dans votre établissement et la liste de ceux pour lesquels une démarche de substitution doit être mise en œuvre…

Source : SEIRIECH

Formation risques chimiques – Formation

Secourisme au travail : les obligations de l’employeur

L’obligation de formation d’un membre du personnel dans certains cas

La formation d’un membre d’un personnel n’est pas toujours une obligation pour les entreprises. Exemple : Vous êtes une petite structure, et vous ne réalisez aucun travaux dangereux, vous n’avez alors aucune obligation de former un salarié au poste, abordé par la suite. Toute entreprise qui ne réalise pas de travaux dangereux, quelle que soit sa taille, n’est pas tenue à l’obligation de formation d’un membre du personnel. Inversement, certaines entreprises doivent se munir de sauveteur secouriste au travail (SST). C’est le cas pour (1):

  • les ateliers où sont accomplis des travaux dangereux ;
  • chaque chantier employant 20 travailleurs au moins pendant plus de 15 jours où sont réalisés des travaux dangereux.

Le rôle du SST est de prodiguer les premiers secours en cas d’urgence. Il doit aussi alerter les pompiers ou le SAMU, et leur dresser un premier bilan de la situation. Le SST peut se révéler être un véritable atout pour votre entreprise. En effet, il est capable de repérer les éventuels risques professionnels et peut vous aider en tant qu’employeur à rédiger le document unique d’évaluation (2). Toutefois, ayez conscience que le sauveteur secouriste au travail n’a pas vocation à remplacer les infirmiers et ne peut pas jouer le rôle de ce dernier. C’est à vous en tant qu’employeur de prévoir une formation spécifique du SST par l’intermédiaire d’un moniteur en sauvetage secourisme au travail.

10.000 Euros d’amende

Si vous manquez à cette obligation l’inspecteur du travail peut vous mettre en demeure d’y remédier sous un mois (3). Au-delà de ce délai,Si vous ne le faites pas dans le délai imparti vous pouvez être sanctionné d’une amende de 10.000 euros (4). En pratique, rien ne vous empêche de vous doter d’un salarié formé au sauvetage secourisme au travail et cela, même si vous n’entrez par dans les cas visés par ces obligations réglementaires.

La mise en place d’un protocole en cas d’urgence

Lorsque votre entreprise ne dispose pas d’infirmier, ou lorsque leur nombre ne permet pas d’assurer une présence permanente, vous devez en tant qu’employeur prendre les mesures nécessaires afin d’assurer les premiers secours aux accidentés et aux malades. Ces mesures ne peuvent être prises qu’après avis du médecin du travail. Notez que celles-ci doivent être prises en relation avec les services de secours d’urgence extérieurs. De plus, il faut qu’elles soient adaptées en fonction de la nature des risques qu’il peut y avoir dans l’entreprise (5). Pour rappel, il doit y avoir au moins un infirmier pour :

  • les établissements industriels de 200 à 800 salariés ;
  • les autres établissements de 500 à 1.000 salariés.

A cela, il faut rajouter un infirmier dès que ces seuils sont dépassés. Quand le nombre de salariés est inférieur à ces deux seuils, un infirmier peut être présent si le médecin du travail et le comité d’entreprise en font la demande.

La mise à disposition de matériel de premier secours

En tant qu’employeur vous avez l’obligation légale d’équiper votre entreprise en matériel de premiers secours (6). Ce kit de premier secours doit être adapté aux risques pouvant exister dans votre entreprise. Un matériel qui doit être facilement accessible et indiqué par panneaux (7). A ce jour, il n’existe pas de liste qui précisant la composition du nécessaire de secours. Pour la mise en place de ce pack , vous devez tenir compte de l’activité et de l’évaluation des risques qui peuvent se présenter dans votre entreprise. Vous devez également, tenir compte de la formation de la personne chargé de l’utiliser. Attention !! Il faudra veiller à mettre en place une procédure de contrôle de ce matériel afin de pouvoir remplacer les produits périmés (8).

Références:  (1) Article R4224-15 du Code du travail (2) Article R4121-1 du Code du travail (3) Article R4721-5 du Code du travail (4) Article L4741-1 du Code du travail (5) Article R4224-16 du Code du travail (6) Article R4224-14 du Code du travail (7) Article R4224-23 du Code du travail (8) Article R4224-17 du Code du travail

Mai – Le mois de la formation

Mai le mois de la formation groupe acnAprès janvier et son Nouvel An, février et son carnaval, mars et l’arrivée du printemps, avril et les fêtes de Pâques, voici qu’arrive le mois de mai avec ses week-end prolongés, la cueillette du muguet, le jardinage, la météo agréable …

Profitez de ce mois de mai pour vous former et organiser vos sessions de formations.

Groupe ACN vous propose une remise de 10 % sur l’ensemble de ses formations en intra (dans vos locaux), en inter (dans nos centres) ou en e-learning pour toutes les sessions organisées du 1er mai au 31 mai 2017.

Nous vous proposons ainsi :

– Formations en secourisme : Devenez sauveteur secouriste du travail, formez-vous aux gestes qui sauvent …

– Formations à la sécurité incendie : Manipulation extincteur, évacuation, équipier de première intervention …

– Formations à l’habilitation électrique : H0B0 – BS – BE – BR – B2V – B1V – BC

– Formations aux gestes et postures / TMS

– Formations CHSCT.

Vous souhaitez faire financer votre formation par votre OPCA, Groupe ACN est certifié Veriselect et enregistré sur la Datadock.

* Offre commerciale ne pouvant être additionnée.

Calendrier de l’avent de la Prévention – Noël approche attention, danger

Prévention – Noël approche : Attention, danger ! 

Pour chacun d’entre nous, du plus petit au plus grand, Noël est avant tout une fête familiale.

Pourtant, chaque année, cette période est également synonyme d’accidents, du plus bénin au plus grave. Alors, pour ne pas gâcher la fête, soyons prévoyants et attentifs !

Préparer Noël, c’est tout d’abord se procurer un beau sapin. Vous savez, celui qui dépasse du coffre et met de la résine sur les sièges de votre nouvelle berline.. Vous suivez ? Choisissez-le le plus humide possible : trop sec, il risque de s’enflammer rapidement – c’est aussi pour cette raison qu’il ne faut pas le garder trop longtemps après les fêtes (ce n’est pas juste parce que les aiguilles par terre nous exaspèrent …).

A la maison, placez-le loin de toute source de chaleur (cheminée, radiateur) et vérifiez régulièrement sa stabilité.

Coté décoration, sur le sapin comme sur la table, évitez les bougies, c’est beau, c’est vrai, mais c’est surtout TRES dangereux !!! Préférez des guirlandes électriques aux normes françaises, voire européennes, et respectez scrupuleusement leur mode d’emploi : on ne met pas une guirlande électrique prévue pour un usage intérieur sur une terrasse !

Attention, le flocage ou le givrage du sapin se sont pas des traitements ignifugeants, bien au contraire !

Pour le branchement de votre sapin comme de votre crèche, prévoyez une multiprise accessible rapidement et pensez toujours à bien débrancher toute votre décoration quant vous vous absentez ou que vous allez vous coucher…

Enfin, pensez à installer des détecteurs de fumée dans chacune des pièces à risques… mieux vaut passer pour un parano que d’éteindre un incendie en pleine nuit de Noël !

Norme CEEt que trouve-t-on au pied du sapin ? Des cadeaux bien sûr ! Là encore, soyez vigilants dès l’achat ! Outre le respect des tranches d’âge conseillées, il faut en effet vérifier la présence ou non de marquage CE ou NF.
Un décret de septembre 1989 exige en effet, sur tous les jouets vendus en Europe, l’apposition du marquage CE. Mais attention, cette mention n’apporte qu’une garantie relative puisque la conformité aux normes légales est sous la seule responsabilité du fabriquant, sans recours obligatoire aux tests d’un laboratoire indépendant.

La marque NF correspond, elle, à des exigences de sécurité bien précises auxquelles se soumettent volontairement certains fabricants, en plus du respect de la norme française ou européenne légale : propriétés mécaniques et physiques, inflammabilité, résistance, etc.
Attention ! La marque NF Petite enfance concerne seulement certains jouets (porteurs, jouets de premier âge et de plein air, tableaux, tricycles).

Faut-il vous préciser de bien vérifier que les piles ne sont pas directement accessibles et ne coulent pas ?
Enfin, dans le tumulte de l’ouverture des cadeaux, attention à bien vérifier que les plus jeunes enfants ne s’emparent pas de jouets destinés aux plus grands et qui – forcément – ne sont pas adaptés en termes de sécurité…

Noël approche, préparez-le intelligemment : ce soir là en effet, mieux vaut recevoir le père Noël que les pompiers !

Source : Site internet AGPM

Prévention : Contre les accidents graves sur le métro et le RER …

Lundi 29 août 2016, fin des vacances, reprise du travail, la RATP lance sa campagne de prévention des comportements à risques : 

  • Courir sur les quais
  • Attendre la rame trop près de la ligne blanche
  • Monter ou descendre après le signal sonore
  • Passer un bras ou une tête par la fenêtre
  • Descendre sur les voies
  • Bousculades pour monter dans la rame …

La RATP rappelle les consignes avec une campagne d’affichage et un happening insolite à découvrir ci-dessous (source Le Parisien).

En quelques chiffres :

4. Le nombre d’accidents mortels pour manque d’attention sur le réseau métro et RER de la RATP (hors suicides) depuis le début de l’année 2016. Il y en avait eu 9 sur l’ensemble de l’année 2015.

274. Le nombre de chutes entre le quai et le train en 2015.

Environ 400. Le nombre d’accidents graves pour manque d’attention, plus d’un par jour en moyenne. Il s’agit de chutes, mais aussi de descentes sur les voies, de sortie d’un bras ou d’une tête par la fenêtre. Tous ces accidents n’ont pas provoqué forcément de graves blessures physiques, mais étaient « potentiellement mortels », selon la RATP.

7 millions. Le nombre de voyageurs quotidiens sur les métros et RER.

Astuce prévention pour les entreprises :

Les déplacements professionnels font partis des risques à prendre en compte et notamment dans le document unique, une solution originale pour prévenir les accidents auprès de ses salariés. Plus d’infos en contactant Groupe ACN

Offre d’emploi formateur incendie – secourisme – habilitation électrique

Offre d’emploi – Groupe ACN recrute – Formateur incendie, secourisme ou habilitation électrique

Descriptif offre d’emploi : Vous êtes formateur incendie, secourisme, gestes et posture, chsct ou habiliation électrique, Groupe recrute 3 à 4 formateurs à compter du 1er septembre 2016 dans les régions suivantes :

– Ile de France / Normandie

– Grand Ouest / Aquiatine

– Rhone Alpes / PAC

Poste en CDD avec ouverture sur CDI

Salaire + Matériel pédagogique + Matériel informatique + Prime de déplacements + Tickets restaurants + Véhicule

Plus d’infos par mail : contact@groupe-acn.fr ou au 0626752097

Groupe ACN

Groupe ACN

Formation SST – Sauveteur secouriste du travail ?

Formation SST - Sauveteur secouriste du travail

Formation SST – Groupe ACN

Formation SST – Le Sauveteur secouriste du travail

Dans son entreprise, le sauveteur secouriste du travail (Formation SST) intervient dans un cadre juridique fixé par le code du travail et le code pénal.

Lors d’un accident, l’action du sauveteur secouriste du travail (Formation SST) s’articule avec celles menées par les autres acteurs du secours.

Sa connaissance du mécanisme d’apparition de l’accident et son aptitude à repérer les situations dangereuses et à les signaler lui permettent de se positionner en tant qu’acteur de prévention dans son entreprise.

PREFAS : PRotéger – Examiner – Faire Alerter – Secourir.


Que faire en cas de situation d’urgence ?

Le site internet FORMATION SST vous dit tout en mettant à disposition un mémo SST. Retrouvez les thématiques suivantes :

– PROTEGER : Qui ? – Identifier le ou les danger(s) persistant(s).

– EXAMINER.

– ALERTER ou FAIRE ALERTER.

– SECOURIR : La victime saigne abondamment.

– SECOURIR : La victime s’étouffe.

– SECOURIR : La victime se plaint d’un malaise.

– SECOURIR : La victime se plaint de certains mouvements.

– SECOURIR : La victime se plaint d’une plaie qui ne saigne pas abondamment.

– SECOURIR : La victime se plaint de brûlures.

– SECOURIR : La victime ne répond pas, elle respire.

– SECOURIR : La victime ne répond pas, elle ne respire pas.


Comment effectuer une formation SST ?

Formez vous et devenez sauveteur secouriste du travail, inscrivez vous sur l’une de nos sessions ou réaliser une formation SST dans vos locaux.


Programme des formations SST et de recyclage MAC SST

– FORMATION SST : Initiale

– FORMATION MAC SST : Maintient des acquis et des compétences


Contactez-nous :

GROUPE ACN – 1, Boulevard Michael Faraday – 77700 Serris

Tel : 01 74 81 00 62

Mail : contact@groupe-acn.fr

Formulaire de contact

Document unique d’évaluation des risques professionnels

DUERP - Groupe ACN - Document unique

Document unique

Qu’est-ce que le document unique d’évaluation des risques professionnels ?

L’évaluation des risques professionnels (EvRP) consiste à identifier les risques auxquels sont soumis les salariés d’un établissement, en vue de mettre en place des actions de prévention pertinentes couvrant les dimensions techniques, humaines et organisationnelles. Elle constitue l’étape initiale de toute démarche de prévention en santé et sécurité au travail
L’EvRP est une démarche structurée dont les résultats sont formalisés dans un « document unique« . Ce document est mis à la disposition des salariés, des membres du CHSCT, des délégués du personnel, du médecin du travail, de l’inspecteur du travail et des agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale ainsi que des inspecteurs de la radioprotection.

Pourquoi évaluer les risques professionnels ?

L’évaluation des risques professionnels (EvRP) relève de la responsabilité de l’employeur, et s’inscrit dans le cadre de son obligation générale d’assurer la sécurité et de protéger la santé des salariés.

L’évaluation des risques professionnels figure parmi les principes généraux de prévention énoncé dans le Code du travail : (articles L.4121-2 et L.4121-3). Celle-ci englobe des actions d’identification et de classement des risques et aussi de mise en place d’actions de prévention. Ces actions ne dispensent pas l’entreprise de mettre également en œuvre des mesures correctives immédiates.

L’EvRP constitue l’un des principaux leviers de progrès dans l’entreprise. Elle lui est utile puisqu’elle peut contribuer à améliorer son fonctionnement tout au long de son évolution, en consolidant la maîtrise des risques avérés mais également en pointant l’apparition de risques à effets différés ou de nouveaux risques, en particulier ceux qui sont liés aux nouvelles organisations (recours plus fréquent à des CDD, intérim, flux tendus…) ou à de nouveaux procédés industriels.

La santé et la sécurité des salariés ne doivent donc pas être dissociés du fonctionnement de l’entreprise (choix techniques, organisation du travail, mobilisation des compétences, formation…). La mise en place d’une démarche de prévention contribuera à améliorer la performance de l’entreprise sur le plan humain et économique.

Cadre juridique

En France, l’obligation générale de sécurité qui incombe à l’employeur doit le conduire à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs (article L. 4121-1) . Conçue comme une véritable « boîte à outils », cette disposition générale prévoit la mise en œuvre de mesures de prévention, bâties sur des principes généraux qui doivent aider et guider l’employeur dans sa démarche globale de prévention (article L. 4121-2).
Figurant au nombre de ces principes généraux, l’évaluation des risques constitue un élément clé de cette démarche. Elle en est le point de départ et permet, dans un environnement à évolution rapide, de choisir des actions de prévention appropriées et d’apporter, face à des risques déterminés, des réponses et des solutions complètes qui ne soient pas uniquement « techniques ».
Les résultats de l’évaluation doivent être transcrits dans un « document unique » (articles R. 4121-1 et suivants).
La circulaire n° 6 de la Direction des relations du travail du 18 avril 2002 est venue apporter des éléments utiles pour élaborer le document unique d’évaluation des risques.

Principes de l’évaluation

La démarche d’évaluation des risques s’appuie sur des principes contribuant à sa réussite et sa pérennité :

  • Afficher sa volonté de réaliser une évaluation des risques

Lors de l’étape de préparation de l’évaluation, le chef d’entreprise s’engage sur les objectifs, les moyens et les modalités d’organisation et de communication.

  • Choisir les outils d’évaluation qui sont adaptés à son entreprise

Plusieurs techniques, outils et guides-modes d’emploi existent. Cependant, l’employeur choisira celle ou celui qui est adapté à la taille de son entreprise, sa culture, la nature de ses activités…

  • S’organiser pour être autonome

La réalisation en interne de l’évaluation des risques est à privilégier. Néanmoins, l’employeur peut s’appuyer sur des aides extérieures. Cette autonomie permet au chef d’entreprise de :

– Rester maître des décisions garantissant la maîtrise des risques,

– Contribuer à l’appropriation de la démarche par l’encadrement et les salariés.

  •  Associer les salariés

Les salariés sont les premiers concernés par les risques professionnels auxquels ils sont exposés. L’identification des risques, le classement des risques et les propositions d’actions de prévention font l’objet d’échanges avec les salariés et/ou leurs instances représentatives.

  • Décider des actions de prévention.

L’EvRP est avant tout utile pour l’entreprise. Elle conduit à choisir des actions de prévention appropriées.

Note : L’employeur doit désigner, après avis du CHSCT ou des délégués du personnel, un ou plusieurssalariés compétents pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise. A défaut, si l’entreprise ne peut organiser cette activité, il peut faire appel, aux Intervenants en Prévention des Risques Professionnels (IPRP) du service de santé au travail interentreprises (SSTI) auquel il adhère ou aux IPRP enregistrés auprès de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). (L. 4644-1 du Code du travail)

Source : INRS

Formations en sécurité et prévention – Pourquoi ?

« Pourquoi faire de la prévention et des formations en sécurité ? » Une question essentielle au sein d’une entreprise, d’une collectivité, d’une structure ou tout simplement dans son habitation … La réponse est ci-dessous :

Pourquoi faire de la prévention et de la formation.

Pourquoi faire de la prévention et de la formation.

Bravo à notre partenaire que nous suivons depuis de nombreux mois à travers différentes formations, conseils, mais aussi et surtout avec notre accompagnement.

1 an sans accident du travail dans le secteur industriel ça se fête (avec en prime l’organisation d’un événement sur la thématique d’un cluedo sécurité dans l’entreprise).

Dans cette démarche se trouve l’existence de Groupe ACN (avec ses filiales PREVDOM  et d’expertise incendie).

Notre volonté : vous proposer une démarche globale de prévention adaptée à l’instant T et selonvos spécificités.

Quelques exemples :

  • Formation en prévention adaptée à vos risques
  • Document unique
  • Organisation de journée sécurité
  • Audit et installation de détecteur de fumée dans les habitations
  • Formation au secourisme en e-learning (testez-moi)

Retrouvez-nous, découvrez-nous … 

Secourisme – Les gestes qui sauvent

affiche secSuite aux terribles attentats de novembre 2015, beaucoup d’entre vous se demandent comment ils auraient réagi pour venir en aide de manière efficace aux blessés. D’autres regrettent d’avoir été impuissants. De ce fait, une forte demande s’est fait ressentir pour se faire former au secourisme et aux gestes qui sauvent.

Durant le mois de février, de nombreuses actions gratuites vont avoir lieu sur tout le territoire français, les points suivants seront abordés :

  • alerter
  • masser
  • défibriller
  • poser un garrot.

Découvrez ci-dessous une liste des lieux répertoriés pour y participer.

  • Département 01 : lien
  • Département 13 : lien
  • Département 22 : lien
  • Département 26 : lien
  • Département 27 : lien
  • Département 29 : lien
  • Département 30 : lien
  • Département 35 : lien
  • Département 57 : lien
  • Département 69 : lien
  • Département 75 : lien
  • Département 77 : lien
  • Département 79 : lien
  • Département 86 : lien
  • Sur toute la France : lien

Pour aller plus loin dans cette démarche préventive, nous vous conseillons :

  • De tester l’application e-learning qui se présente sous la forme d’un jeu vidéo (au tarif de 6€ pour 1 an)
  • D’effectuer une formation secourisme, par exemple le SST (sauveteur secouriste du travail) ou aux gestes d’urgence.

Vous avez connaissance d’une action aux gestes qui sauvent non répertoriée sur cette page, contactez-nous au plus vite.

A bientôt et devenez acteur en vous formant !

Illustration de la rubrique les gestes qui sauvent

1 2