Sainte Barbe – L’histoire de la Sainte Patronne des pompiers

Sainte Barbe – Son histoire.

Sainte Barbe

Sainte Barbe

Originaire d’Orient au milieu du IIIe siècle, Barbara est la fille unique de Dioscore. Elle est d’une grande beauté, elle reçoit beaucoup de demandes en mariage de puissants seigneurs mais elle refuse de se marier. Son père l’enferme alors dans une tour d’un grand luxe, où elle vivra à l’écart des hommes. Pendant l’absence de son père, convoqué par l’Empereur, le Christ se révèle à elle.

Elle se convertit au Christianisme. Sa conversion est matérialisée par la troisième fenêtre qu’elle fait percer dans la tour, symbolisant la Trinité. La colère de son père sera terrible. Il brandit son épée et la poursuit dans la ville. Elle arrive à se cacher mais un berger la dénonce. Il la saisit par les cheveux, la traîne jusqu’à la ville et l’enferme dans un donjon. Le lendemain, il la conduit devant le juge Marcien.

Elle refuse d’abjurer la religion chrétienne. Le juge la condamne aux pires tortures sous le regard de son père. On lui arrache les seins avec des peignes de fer, la brûle avec des lames rougies puis elle est fouettée. Mais, par la grâce de Dieu, elle ne ressent pas la douleur. Enfin, elle est promenée nue à travers le pays, tirée par un cheval. Elle implore Dieu et un ange vient cacher sa nudité. Elle refuse toujours d’abjurer alors son père la décapite. Aussitôt, il est frappé par la foudre et réduit en poussière.

La richesse des légendes entourant le martyre de Sainte Barbe a suscité diverses croyances et pratiques : les mineurs d’abord mais aussi les artificiers, les salpêtriers, les fondeurs, les couleuvriers, les arquebusiers et bien sûr les pompiers se sont mis sous sa protection. Tous les métiers en rapport avec la foudre et le feu se tournent vers celle-ci mais aussi les fourreurs, les pelletiers et les chapeliers ! Et bien d’autres encore ayant un lien plus ou moins lointain avec la légende de la Sainte Patronne.

Saint Barbe protège de la « mâle-mort » c’est-à-dire la mort sans avoir reçu les derniers sacrements, ce qui interdisait aux fidèles d’être enterrés en chrétiens au Moyen-âge.

Ainsi, les patronages de Sainte Barbe les plus connus furent ceux des mineurs, des canonniers et des pompiers. Elle fut surnommée « la Sainte du feu ».

La fête de la Sainte Barbe chez les pompiers se généralise sous la Troisième République : cérémonie religieuse, banquet et bal étaient de mise. La dimension festive se retrouve dans le faste des menus gargantuesques. La fête peut être à l’initiative de la municipalité ou bien des pompiers eux-mêmes.

Aujourd’hui, tous les corps ne fêtent pas la Sainte Barbe. Certains ont conservé seulement la dimension conviviale en organisant un repas entre les membres du corps. Pourtant « faire Sainte Barbe » est souvent un moment privilégié pour réaffirmer la cohésion du groupe, rendre hommage aux disparus. Ensuite, c’est la famille sapeurs-pompiers qui se réunit et partage un moment amical…qui peut conduire parfois jusqu’au petit matin ! Alors vive Sainte Barbe !

Source : http://www.pompiers.fr/pompiers/rendez-vous/sainte-barbe

Calendrier de l’avent de la Prévention – Jour 1 – Noël approche attention, danger

Prévention – Noël approche : Attention, danger ! 

Pour chacun d’entre nous, du plus petit au plus grand, Noël est avant tout une fête familiale.

Pourtant, chaque année, cette période est également synonyme d’accidents, du plus bénin au plus grave. Alors, pour ne pas gâcher la fête, soyons prévoyants et attentifs !

Préparer Noël, c’est tout d’abord se procurer un beau sapin. Vous savez, celui qui dépasse du coffre et met de la résine sur les sièges de votre nouvelle berline.. Vous suivez ? Choisissez-le le plus humide possible : trop sec, il risque de s’enflammer rapidement – c’est aussi pour cette raison qu’il ne faut pas le garder trop longtemps après les fêtes (ce n’est pas juste parce que les aiguilles par terre nous exaspèrent …).

A la maison, placez-le loin de toute source de chaleur (cheminée, radiateur) et vérifiez régulièrement sa stabilité.

Coté décoration, sur le sapin comme sur la table, évitez les bougies, c’est beau, c’est vrai, mais c’est surtout TRES dangereux !!! Préférez des guirlandes électriques aux normes françaises, voire européennes, et respectez scrupuleusement leur mode d’emploi : on ne met pas une guirlande électrique prévue pour un usage intérieur sur une terrasse !

Attention, le flocage ou le givrage du sapin se sont pas des traitements ignifugeants, bien au contraire !

Pour le branchement de votre sapin comme de votre crèche, prévoyez une multiprise accessible rapidement et pensez toujours à bien débrancher toute votre décoration quant vous vous absentez ou que vous allez vous coucher…

Enfin, pensez à installer des détecteurs de fumée dans chacune des pièces à risques… mieux vaut passer pour un parano que d’éteindre un incendie en pleine nuit de Noël !

Norme CEEt que trouve-t-on au pied du sapin ? Des cadeaux bien sûr ! Là encore, soyez vigilants dès l’achat ! Outre le respect des tranches d’âge conseillées, il faut en effet vérifier la présence ou non de marquage CE ou NF.
Un décret de septembre 1989 exige en effet, sur tous les jouets vendus en Europe, l’apposition du marquage CE. Mais attention, cette mention n’apporte qu’une garantie relative puisque la conformité aux normes légales est sous la seule responsabilité du fabriquant, sans recours obligatoire aux tests d’un laboratoire indépendant.

La marque NF correspond, elle, à des exigences de sécurité bien précises auxquelles se soumettent volontairement certains fabricants, en plus du respect de la norme française ou européenne légale : propriétés mécaniques et physiques, inflammabilité, résistance, etc.
Attention ! La marque NF Petite enfance concerne seulement certains jouets (porteurs, jouets de premier âge et de plein air, tableaux, tricycles).

Faut-il vous préciser de bien vérifier que les piles ne sont pas directement accessibles et ne coulent pas ?
Enfin, dans le tumulte de l’ouverture des cadeaux, attention à bien vérifier que les plus jeunes enfants ne s’emparent pas de jouets destinés aux plus grands et qui – forcément – ne sont pas adaptés en termes de sécurité…

Noël approche, préparez-le intelligemment : ce soir là en effet, mieux vaut recevoir le père Noël que les pompiers !

Source : Site internet AGPM

Fatigue visuelle – Prévention – Travail devant écran

Formations aux gestes et postures et en ergonomie - Travail devant écran - Groupe ACN

Formations aux gestes et postures et en ergonomie – Travail devant écran – Groupe ACN

Préambule – Fatigue visuelle :

Le travail sur écran n’est pas une cause de pathologie oculaire mais sollicite de façon très importante l’accommodation. Il peut donc être révélateur de troubles préexistants ou entraîner une fatigue visuelle. Bien que ces symptômes disparaissent avec du repos, la fatigue visuelle entraîne de nombreuses gênes, impactant la qualité de concentration et l’efficacité de l’opérateur.

Etes-vous concernés ?

Des picotements aux yeux ? Oui ou Non

La sensation de moins bien voir ? Oui ou Non

Des maux de tête ? Oui ou Non

Des yeux rouges ou secs ? Oui ou Non

Une sensibilité à la lumière ? Oui ou Non

Résultats :

Zéro « Oui » : la fatigue visuelle ne vous concerne probablement pas,

De 1 à 3 « Oui » : vous commencez à être fatigué par le travail en vision rapprochées,

Plus de 4 ‘Oui » : vous souffrez de fatigue visuelle due au travail en vision rapprochée. Il est nécessaire d’en parler à votre ophtalmologiste.

Dans tous les cas, tous les 2 à 3 ans pour les adultes avant 45 ans, tous les 2 ans dès 50 ans, faites régulièrement contrôler votre vision chez un ophtalmologiste.

Pour optimiser votre confort :

1/ L’implantation du poste de travail : éviter les reflets et les éblouissements

2/ L’éclairage d’appoint : Utiliser une lampe individuelle.

3/ L’affichage de l’écran : renforcer les contrastes, réduire l’éblouissement.

4/ L’organisation du travail : alterner les activités visuelles.

5/ La posture au poste : Régler la hauteur, l’inclinaison et la distance de votre écran.

6/ Réaliser des exercices de gymnastique oculaire.

Exemple : Prenez un crayon et tenez le à 10-15 cm des yeux, fixez le pendant 5 secondes puis fixez un point éloigné pendant 5 secondes. Alterner cette vison de près et de loin 5 fois. Exercice à pratique 1 fois par jour

Besoin de conseil en ergonomie dans vos entreprise :

Réaliser une formation aux gestes et postures – bureautique – travail devant écran, ci joint notre lien.

Sources :

Dossier travail sur écran – INRS (www.inrs.fr)

Groupe ACN (www.groupe-acn.fr)

Guide-vue (www.guide-vue.fr)

Le blog lunettes (www.lebloglunettes.com)

Prévention : Contre les accidents graves sur le métro et le RER …

Lundi 29 août 2016, fin des vacances, reprise du travail, la RATP lance sa campagne de prévention des comportements à risques : 

  • Courir sur les quais
  • Attendre la rame trop près de la ligne blanche
  • Monter ou descendre après le signal sonore
  • Passer un bras ou une tête par la fenêtre
  • Descendre sur les voies
  • Bousculades pour monter dans la rame …

La RATP rappelle les consignes avec une campagne d’affichage et un happening insolite à découvrir ci-dessous (source Le Parisien).

En quelques chiffres :

4. Le nombre d’accidents mortels pour manque d’attention sur le réseau métro et RER de la RATP (hors suicides) depuis le début de l’année 2016. Il y en avait eu 9 sur l’ensemble de l’année 2015.

274. Le nombre de chutes entre le quai et le train en 2015.

Environ 400. Le nombre d’accidents graves pour manque d’attention, plus d’un par jour en moyenne. Il s’agit de chutes, mais aussi de descentes sur les voies, de sortie d’un bras ou d’une tête par la fenêtre. Tous ces accidents n’ont pas provoqué forcément de graves blessures physiques, mais étaient « potentiellement mortels », selon la RATP.

7 millions. Le nombre de voyageurs quotidiens sur les métros et RER.

Astuce prévention pour les entreprises :

Les déplacements professionnels font partis des risques à prendre en compte et notamment dans le document unique, une solution originale pour prévenir les accidents auprès de ses salariés. Plus d’infos en contactant Groupe ACN

Offre d’emploi formateur incendie – secourisme – habilitation électrique

Offre d’emploi – Groupe ACN recrute – Formateur incendie, secourisme ou habilitation électrique

Descriptif offre d’emploi : Vous êtes formateur incendie, secourisme, gestes et posture, chsct ou habiliation électrique, Groupe recrute 3 à 4 formateurs à compter du 1er septembre 2016 dans les régions suivantes :

– Ile de France / Normandie

– Grand Ouest / Aquiatine

– Rhone Alpes / PAC

Poste en CDD avec ouverture sur CDI

Salaire + Matériel pédagogique + Matériel informatique + Prime de déplacements + Tickets restaurants + Véhicule

Plus d’infos par mail : contact@groupe-acn.fr ou au 0626752097

Groupe ACN

Groupe ACN

Formation SST – Sauveteur secouriste du travail ?

Formation SST - Sauveteur secouriste du travail

Formation SST – Groupe ACN

Formation SST – Le Sauveteur secouriste du travail

Dans son entreprise, le sauveteur secouriste du travail (Formation SST) intervient dans un cadre juridique fixé par le code du travail et le code pénal.

Lors d’un accident, l’action du sauveteur secouriste du travail (Formation SST) s’articule avec celles menées par les autres acteurs du secours.

Sa connaissance du mécanisme d’apparition de l’accident et son aptitude à repérer les situations dangereuses et à les signaler lui permettent de se positionner en tant qu’acteur de prévention dans son entreprise.

PREFAS : PRotéger – Examiner – Faire Alerter – Secourir.


Que faire en cas de situation d’urgence ?

Le site internet FORMATION SST vous dit tout en mettant à disposition un mémo SST. Retrouvez les thématiques suivantes :

– PROTEGER : Qui ? – Identifier le ou les danger(s) persistant(s).

– EXAMINER.

– ALERTER ou FAIRE ALERTER.

– SECOURIR : La victime saigne abondamment.

– SECOURIR : La victime s’étouffe.

– SECOURIR : La victime se plaint d’un malaise.

– SECOURIR : La victime se plaint de certains mouvements.

– SECOURIR : La victime se plaint d’une plaie qui ne saigne pas abondamment.

– SECOURIR : La victime se plaint de brûlures.

– SECOURIR : La victime ne répond pas, elle respire.

– SECOURIR : La victime ne répond pas, elle ne respire pas.


Comment effectuer une formation SST ?

Formez vous et devenez sauveteur secouriste du travail, inscrivez vous sur l’une de nos sessions ou réaliser une formation SST dans vos locaux.


Programme des formations SST et de recyclage MAC SST

– FORMATION SST : Initiale

– FORMATION MAC SST : Maintient des acquis et des compétences


Contactez-nous :

GROUPE ACN – 1, Boulevard Michael Faraday – 77700 Serris

Tel : 01 74 81 00 62

Mail : contact@groupe-acn.fr

Formulaire de contact

Gestes et postures – Bien être au bureau – 6 exercices

Gestes et postures – Bien-être au bureau : 6 exercices pour garder la forme

Pour en savoir plus et bénéficier de conseils pensez aux formations en ergonomie – TMS ou geste et posture.

Gestes et Postures ? Mal au dos ? Articulations douloureuses ? Fatigue chronique ? Parfois, notre bureau peut devenir un véritable instrument de torture. Car oui, rester assis derrière un écran d’ordinateur à longueur de journée n’est pas bon pour la santé. Tout le monde le sait. Pour remédier à ces maux, mais aussi pour gagner en bien-être et en performance, il n’y a pas mille solutions : se bouger un peu ! Parlons RH vous propose 6 exercices physiques faciles à réaliser chaque jour à votre bureau pour dynamiser votre corps, en quelques minutes seulement. Alors, prenez une pause et c’est parti !

Pour l’intégralité de ces exercices proposés, une position debout reste idéale. Toutefois, vous pouvez tout à fait garder une posture assise, depuis votre fauteuil, pour vous activer. Côté timing : la totalité de ces exercices ne nécessite pas plus de 5 minutes lorsque l’on est rôdé.

Dans une série d’exercices physiques, en particulier lorsque l’on s’échauffe, il est important de toujours commencer par le haut du corps puis de descendre vers les extrémités. Pas de surprise donc, nous commençons par un petit exercice de nuque.

1 : la nuque

1er exercice : la nuque

Gestes et postures – Premier exercice : la nuque

Gardez le dos bien droit, les pieds fixés au sol et bougez la tête de haut en bas. Délicatement. Faites-le 10 fois, puis répétez l’opération en regardant maintenant de droite à gauche. Toujours délicatement : votre nuque est fragile.Pour aller plus loin : vous pouvez répéter l’opération avec deux séries de mouvements supplémentaires : bougez la tête en descendant l’oreille gauche vers votre épaule gauche, puis l’oreille droite vers l’épaule droite, dix fois. Effectuez ensuite 10 rotations de la tête. À chaque tour, changez de sens, en gardant les yeux bien ouverts (pour une question d’équilibre).

2 : les épaules

2ème exercice : les épaules

Gestes et postures – Second exercice : les épaules

On continue à compter jusqu’à 10 pour chaque exercice. Cette régularité est importante, car elle vous servira notamment à mesurer vos progrès.

Faites rouler simplement vos épaules vers l’avant en essayant d’effectuer les cercles les plus larges possible. Gardez vos bras le long du corps. Faites ensuite de même vers l’arrière, tout simplement.

Pour aller plus loin : ramenez vos mains sur vos épaules et effectuez 10 rotations de coudes dans un sens, puis dans l’autre. Essayez de faire en sorte que vos coudes se touchent à chaque fois. Cela devrait chauffer un peu après cet effort.

3 : le dos

Troisième exercice : le dos

Gestes et postures – Troisième exercice : le dos

Troisième exercice bis : le dos

Gestes et postures – Troisième exercice bis : le dos

Avec ces exercices, nous allons commencer à bouger davantage. Peut-être est-il temps que vous préveniez vos collègues d’ailleurs, j’en vois quelques-uns qui se posent des questions. Prenez une grande inspiration par le nez, faites se rejoindre vos doigts. Tout en gardant le dos bien droit, expirez doucement par la bouche en tendant vos bras vers le ciel. N’hésitez pas à tirer vos bras le plus loin possible, comme si vous cherchiez à toucher le plafond. Répétez l’opération 3 fois, c’est suffisant. Maintenant, renouvelez l’opération en vous étirant cette fois devant vous et en faisant le dos rond. Votre menton doit toucher votre buste. Répétez à nouveau l’exercice 3 fois.

Pour aller plus loin : mettez les bras en croix à hauteur des épaules et effectuez 10 petites flexions vers l’arrière, les bras tendus. Vous pouvez répéter l’opération en orientant la paume de vos mains vers l’arrière. Attention, pour toute la durée de l’exercice, pensez à conserver vos bras à hauteur des épaules, car ils auront tendance à tomber à mesure de la fatigue.

Maintenant, levez-vous, dos bien droit avec un écart de jambes qui vous donne un bon équilibre, puis faites 10 rotations de hanches dans un sens, puis dans l’autre. Attention, gardez votre buste bien droit, seules les hanches doivent entrer en mouvement. Le buste doit rester immobile.

4 : les bras (les coudes)

Quatrième exercice : les bras

Gestes et postures – Quatrième exercice : les bras

Les articulations aussi ont besoin d’être travaillées. Pour ce faire, ramenez d’abord la main droite vers votre épaule droite, tout en tendant le bras gauche. Inversez maintenant la position entre vos deux bras et alternez ainsi 10 fois. Gardez vos coudes bien hauts. Si vous avez l’impression de ressembler à Rocky en train de boxer, c’est normal.

Pour aller plus loin : effectuez le même exercice en augmentant le rythme sur une courte durée. Vous pouvez aussi réaliser l’exercice en tendant les bras non pas vers l’avant, mais sur les côtés, ou encore vers le ciel, en gardant le dos bien droit. Vous noterez qu’il s’agit de LA condition sine qua non au bon déroulement de ces exercices.

5 : les jambes (les genoux)

Cinquième exercice : les jambes

Gestes et postures – Cinquième exercice : les jambes

Passons aux articulations de la jambe, qui posent bien des soucis à bon nombre de sportifs, car : les genoux, c’est fragile. L’exercice est simple : gardez le dos bien droit (encore une fois) et levez le mollet de la jambe droite (le bout du pied tiré vers vous doit faire sortir le talon) jusqu’à ce que ça tire. Ne forcez pas, reposez la jambe et réitérez 10 fois avant de passer à la jambe suivante.

Pour aller plus loin : levez-vous et ramenez vos pieds près l’un de l’autre. Saisissez vos genoux dans la paume de vos mains et effectuez des petites rotations vers la droite 10 fois. Puis 10 fois vers la gauche. Vous pouvez maintenant fléchir vos genoux aussi bas que le permet votre souplesse en prenant soin de votre dos et en gardant bien la plante des pieds au sol. J’insiste sur ce point : ne vous mettez pas sur la pointe des pieds !

6 : les poignets, les doigts et les chevilles

Sixième exercice : les extrémités

Gestes et postures – Sixième exercice : les extrémités

Sixième exercice bis : les extrémités

Gestes et postures – Sixième exercice bis : les extrémités

Dernière partie et non des moindres : vos articulations de la main et du pied ! Commençons par les poignets : tendez les mains devant vous et effectuez 10 rotations de poignets vers l’intérieur, puis faites de même dans l’autre sens.

Conservez vos bras tendus pour des exercices de doigts et on enchaîne. Tout en veillant à garder les paumes vers le sol, ouvrez les doigts au maximum puis refermez-les, tout cela énergiquement. Appliquez ce mouvement 10 fois.

Enfin, pour les chevilles, rien de plus simple : posez la pointe du pied droit au sol et effectuez une rotation vers la droite, 10 fois, puis 10 fois vers la gauche. Puis changez de pied.

Pour aller plus loin :

Pour les poignets, gardez la même position de départ que précédemment et, les doigts collés, tirez vos mains, au maximum de vos capacités, vers le haut puis vers le bas en alternant. Vous pouvez également faire de même en tirant vos mains vers l’extérieur puis l’intérieur (ça doit tirer au niveau des poignets), toujours à l’horizontale, 10 fois.

Pour les doigts, répétez la même opération que celle citée au-dessus en modifiant simplement l’orientation de vos paumes : ouvrez vos doigts avec la paume vers le ciel 10 fois, puis la paume vers l’extérieur également.

Pour terminer, vous pouvez basculer vos pieds un à un d’avant en arrière, toujours 10 fois, au maximum de vos capacités (ça tirera sans doute sur le mollet).

Vous voilà prêts à redonner un peu de dynamisme à votre corps. N’oubliez pas pour autant que ces exercices ne remplacent pas une bonne hygiène de vie. Le bien-être n’attend pas. Alors, faites des pauses fréquentes et pensez à bouger également, en dehors du bureau, aussi souvent que possible !

Source : Parlons RH

Document unique d’évaluation des risques professionnels

DUERP - Groupe ACN - Document unique

Document unique

Qu’est-ce que le document unique d’évaluation des risques professionnels ?

L’évaluation des risques professionnels (EvRP) consiste à identifier les risques auxquels sont soumis les salariés d’un établissement, en vue de mettre en place des actions de prévention pertinentes couvrant les dimensions techniques, humaines et organisationnelles. Elle constitue l’étape initiale de toute démarche de prévention en santé et sécurité au travail
L’EvRP est une démarche structurée dont les résultats sont formalisés dans un « document unique« . Ce document est mis à la disposition des salariés, des membres du CHSCT, des délégués du personnel, du médecin du travail, de l’inspecteur du travail et des agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale ainsi que des inspecteurs de la radioprotection.

Pourquoi évaluer les risques professionnels ?

L’évaluation des risques professionnels (EvRP) relève de la responsabilité de l’employeur, et s’inscrit dans le cadre de son obligation générale d’assurer la sécurité et de protéger la santé des salariés.

L’évaluation des risques professionnels figure parmi les principes généraux de prévention énoncé dans le Code du travail : (articles L.4121-2 et L.4121-3). Celle-ci englobe des actions d’identification et de classement des risques et aussi de mise en place d’actions de prévention. Ces actions ne dispensent pas l’entreprise de mettre également en œuvre des mesures correctives immédiates.

L’EvRP constitue l’un des principaux leviers de progrès dans l’entreprise. Elle lui est utile puisqu’elle peut contribuer à améliorer son fonctionnement tout au long de son évolution, en consolidant la maîtrise des risques avérés mais également en pointant l’apparition de risques à effets différés ou de nouveaux risques, en particulier ceux qui sont liés aux nouvelles organisations (recours plus fréquent à des CDD, intérim, flux tendus…) ou à de nouveaux procédés industriels.

La santé et la sécurité des salariés ne doivent donc pas être dissociés du fonctionnement de l’entreprise (choix techniques, organisation du travail, mobilisation des compétences, formation…). La mise en place d’une démarche de prévention contribuera à améliorer la performance de l’entreprise sur le plan humain et économique.

Cadre juridique

En France, l’obligation générale de sécurité qui incombe à l’employeur doit le conduire à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs (article L. 4121-1) . Conçue comme une véritable « boîte à outils », cette disposition générale prévoit la mise en œuvre de mesures de prévention, bâties sur des principes généraux qui doivent aider et guider l’employeur dans sa démarche globale de prévention (article L. 4121-2).
Figurant au nombre de ces principes généraux, l’évaluation des risques constitue un élément clé de cette démarche. Elle en est le point de départ et permet, dans un environnement à évolution rapide, de choisir des actions de prévention appropriées et d’apporter, face à des risques déterminés, des réponses et des solutions complètes qui ne soient pas uniquement « techniques ».
Les résultats de l’évaluation doivent être transcrits dans un « document unique » (articles R. 4121-1 et suivants).
La circulaire n° 6 de la Direction des relations du travail du 18 avril 2002 est venue apporter des éléments utiles pour élaborer le document unique d’évaluation des risques.

Principes de l’évaluation

La démarche d’évaluation des risques s’appuie sur des principes contribuant à sa réussite et sa pérennité :

  • Afficher sa volonté de réaliser une évaluation des risques

Lors de l’étape de préparation de l’évaluation, le chef d’entreprise s’engage sur les objectifs, les moyens et les modalités d’organisation et de communication.

  • Choisir les outils d’évaluation qui sont adaptés à son entreprise

Plusieurs techniques, outils et guides-modes d’emploi existent. Cependant, l’employeur choisira celle ou celui qui est adapté à la taille de son entreprise, sa culture, la nature de ses activités…

  • S’organiser pour être autonome

La réalisation en interne de l’évaluation des risques est à privilégier. Néanmoins, l’employeur peut s’appuyer sur des aides extérieures. Cette autonomie permet au chef d’entreprise de :

– Rester maître des décisions garantissant la maîtrise des risques,

– Contribuer à l’appropriation de la démarche par l’encadrement et les salariés.

  •  Associer les salariés

Les salariés sont les premiers concernés par les risques professionnels auxquels ils sont exposés. L’identification des risques, le classement des risques et les propositions d’actions de prévention font l’objet d’échanges avec les salariés et/ou leurs instances représentatives.

  • Décider des actions de prévention.

L’EvRP est avant tout utile pour l’entreprise. Elle conduit à choisir des actions de prévention appropriées.

Note : L’employeur doit désigner, après avis du CHSCT ou des délégués du personnel, un ou plusieurssalariés compétents pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise. A défaut, si l’entreprise ne peut organiser cette activité, il peut faire appel, aux Intervenants en Prévention des Risques Professionnels (IPRP) du service de santé au travail interentreprises (SSTI) auquel il adhère ou aux IPRP enregistrés auprès de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). (L. 4644-1 du Code du travail)

Source : INRS

Formation sécurité incendie : quelle réglementation ?

 Formation Sécurité incendie - Groupe ACN

Formation sécurité incendie

Malgré le faible nombre de victimes dans les incendies d’entreprises, un incendie est un risque important pour l’entreprise dans la mesure où il met en péril les vies humaines ainsi que l’outil de production. La réalisation de ce risque entraîne la fermeture de l’entreprise dans 70% des cas. Le formation sécurité incendie et la connaissance de la réglementation est donc capitale. Quand un feu se déclare, les causes de décès sont généralement l’asphyxie et l’intoxication. Une grande attention est donc portée par la législation française sur le désenfumage et l’évacuation des individus.

Source article : Preventica

Formations en sécurité et prévention – Pourquoi ?

« Pourquoi faire de la prévention et des formations en sécurité ? » Une question essentielle au sein d’une entreprise, d’une collectivité, d’une structure ou tout simplement dans son habitation … La réponse est ci-dessous :

Pourquoi faire de la prévention et de la formation.

Pourquoi faire de la prévention et de la formation.

Bravo à notre partenaire que nous suivons depuis de nombreux mois à travers différentes formations, conseils, mais aussi et surtout avec notre accompagnement.

1 an sans accident du travail dans le secteur industriel ça se fête (avec en prime l’organisation d’un événement sur la thématique d’un cluedo sécurité dans l’entreprise).

Dans cette démarche se trouve l’existence de Groupe ACN (avec ses filiales PREVDOM  et d’expertise incendie).

Notre volonté : vous proposer une démarche globale de prévention adaptée à l’instant T et selonvos spécificités.

Quelques exemples :

  • Formation en prévention adaptée à vos risques
  • Document unique
  • Organisation de journée sécurité
  • Audit et installation de détecteur de fumée dans les habitations
  • Formation au secourisme en e-learning (testez-moi)

Retrouvez-nous, découvrez-nous … 

1 2 3